contractualiser- parution santé plus magazine

make a deal

Qu’est ce qui fait que nous arrivons à tenir certaines résolutions et pas d’autres ?
Une résolution est en fait, un CONTRAT que nous signons avec nous-mêmes.

La façon dont nous allons formuler les termes de notre contrat est une des clés principales pour l’atteinte de notre objectif.

Bien formulé, un contrat nous évite de mettre inconsciemment en place des sabotages (ou mécanismes de défense). Ces sabotages nous donnent la permission de ne PAS remplir le contrat.

 

Si nous sommes dans notre situation actuelle et pas déjà dans celle que nous souhaitons (qui est l’objectif de notre contrat), c’est que nous y trouvons une certaine forme de confort.

La situation désirée va nous permettre, certes, d’en tirer un bénéfice plus important mais la situation actuelle présente, obligatoirement, un avantage.

Du coup, notre égo piloté par la peur du changement, ne va pas vouloir de notre nouvelle résolution et va la « saboter » en y incluant des mots, des termes, des tournures de phrases… nous permettant, ainsi, de ne pas remplir notre contrat sur le long terme et d’avoir… bonne conscience au moment où l’on prononce notre souhait.
« Ça n’est plus possible ! Il faudrait faire quelque chose pour ne plus grossir! » parait être un bon contrat sauf que…
En décortiquant cette phrase, nous allons nous rendre compte que, inconsciemment, nous mettons en place les sabotages suivants:

  • «ça n’est plus possible!», en disant cela, nous provoquons l’enfant qui est en nous et l’incitons à faire le contraire. A éviter
  • «il faudrait», c’est qui «il»? De qui parle-t-on ? Remplacer les «il», « on»… par JE. Cela permet de me responsabiliser.
  • « faudrait faire », les : je veux que, il faut que, je décide que… ainsi que les formes au conditionnel, futur proche, infinitif… sont des vœux pieux. A remplacer par un verbe d’ACTION au PRÉSENT.
  • «quelque chose»… quoi? Je ne donne aucune instruction à mon cerveau. A clarifier.
  • «ne plus grossir» le cerveau ne perçoit pas la négation, (si je vous demande de ne pas penser à une voiture rouge, vous faites quoi?). A remplacer par une forme AFFIRMATIVE et dire ce que je VEUX faire et non ce que je vais arrêter de faire.

Mon nouveau contrat devient:
« J’ADOPTE UNE BONNE HYGIÈNE ALIMENTAIRE »
Un contrat doit être en concordance :

Avec nos valeurs : si nous avons l’habitude de nous retrouver en famille autour d’une bonne table, faire en sorte de ne pas s’isoler pour manger et pour ne pas, ainsi, heurter la valeur convivialité familiale.

Faire sens en nous : quelle est la finalité ? Quel est l’objectif de ma résolution ? Pourquoi je veux adopter une bonne hygiène alimentaire ?

Et nous motiver : Notre contrat doit nous « challenger », si c’est trop facile ou trop dur, nous laisserons tomber.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *